samedi 2 avril 2011

Souvenirs du Nemrut dağ

Tout là-haut près du ciel, quelques mal-réveillés s’efforcent d’écarquiller les yeux pour ne rien perdre du spectacle qui se déroule habituellement sans eux. Ils attendent en grelotant que les premiers rayons de soleil caressent les statues colossales, baignent les lieux d’une lumière magique comme ils le font déjà depuis plus de 2000 ans.



Ces courageux "aventuriers" se sont levés à 4h du matin, enfilant à l’aveuglette ce qu’ils avaient de plus chaud avant de s’engouffrer dans le minibus les attendant devant l’hôtel Euphrat, au village de Karadut, qui les a hébergé pour une courte nuit, à 20km du sommet convoité.

La route en lacets ne les a pas bercé mais a plutôt aiguisé leur impatience. Ils ont grimpé vaillamment les 300m qui les séparaient encore du sanctuaire funéraire d’Antiochos 1er, roi de Commagène qui régna de 62 à 34 av. JC et qui fit surmonter d’un tumulus de cailloux de 75m ce sommet voisinant naturellement les 2100m en prévision de son repos eternel. A noter que le tumulus mesure actuellement 25m de moins suite à l’utilisation de dynamite au cours des recherches entreprises par Thérésa Goell en quête de la tombe d'Antiochos, mais que le mystère de la sépulture demeure entier.

Ce temple en plein air était consacré au culte du souverain et de ses ancêtres macédoniens et perses. Par sa mère la reine Laodike, il était l’héritier d’Alexandre le Grand et par son père Mithridate celui du grand roi des Perses Darius 1er. Ces deux glorieuses lignées côtoient sur les terrasses Est et Ouest les statues des dieux très prestigieux au double patronyme, Zeus-Oromasdes, Apollon-Mithras, Héraclès-Artagnes… et la Commagène, personnifiée par Tyché-Fortuna symbolisant la chance et l'abondance, reconnaissable à sa couronne de fruits. Toutes les statues auraient été décapitées par les Romains, dit-on, et les éléments naturels ont participé à une lente érosion. Les vestiges restent cependant évoquateurs.

 Antiochos I


Apollon


La Commagène

 
Apollon, la Commagène, Zeus, Antiochos I, Héraclès et l'Aigle



Le lion et l’aigle sont les gardiens et protecteurs du royaume et des dieux.

Sur la terrasse Ouest sont encore visibles les "bas-reliefs de la dexiosis" représentant Antiochos serrant la main de la Commagène, d'Apollon, de Zeus et d'Héraclès. On y retrouve les mêmes statues que sur la façade Est.
On peut seulement imaginer les cérémonies qui se sont déroulées dans ces lieux avant que le petit royaume de Commagène et son célèbre roi ne tombent dans l’oubli…
Depuis la fin de 19e siècle, les processions qui grimpent la montagne s’intensifient, mais n’ont plus rien de cultuelles. Les lieux ont très vite fasciné les archéologues avant de devenir un site touristique fréquenté surtout en été.



De retour à l’hôtel vers 8h, le petit déjeuner consistant a été bien apprécié… avant de reprendre la route vers Arsameia de Nymphaios, autre site de l’antique royaume de Commagène. (Notes et photos d'un voyage en mai 2002.)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire