samedi 15 octobre 2016

Péninsule de Bodrum en octobre

Petit hôtel sans prétention en bord de plage, eaux translucides et ciel bleu, chaises longues et parasols pour la plupart inoccupés, voici planté le décor de quelques jours de détente à Yahşi, village de la côte sud de la péninsule de Bodrum.




Quelques constructions typiques, blanchies à la chaux, à l’entrée du village.


En soirée, dégustations de poissons aux terrasses de restaurants dans d’autres villages au bord de l’eau, Karafaki à Gümüşlük, Ali Baba à Yalıkavak et aussi à Bodrum pour la vue sur le château Saint Pierre au clair de lune.


Edifiée pour les Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem au 15e siècle, cette place fortifiée comporte cinq tours de styles différents représentant les nations intervenues dans sa construction, France, Angleterre, Italie, Espagne et Allemagne. De nombreux blasons gravés sur les murs témoignent de l’origine des Chevaliers.



Une grande partie des matériaux, pierres et marbres, proviennent des ruines du célèbre mausolée du roi Mausole. Des bas-reliefs et sculptures ont aussi servi de décor. Tel ce lion couché antique (surmonté du blason d'Henri IV d'Angleterre).


Ou cet autel provenant peut être du théâtre d’Halicarnasse, contemporain du mausolée, et ressemblant à un autre photographié sur les vestiges du théâtre de Metropolis.


Ou bien encore cette inscription "ITALIA" sur un support de récupération.


Le prince ottoman Cem, fils de Mehmet II et frère de Beyazid II, trouvera refuge dans ces murs, en 1482 avant d’être exilé et retenu captif dans la tour Zizim à Bourganeuf.

C’est par la déformation turque du nom latin du saint protecteur, Petreum, que la ville antique d’Halicarnasse sera renommée Bodrum à partir du 16e siècle.
Il y a quelques années nous avions visité le château, musée depuis 1960, et parcouru les différentes sections consacrées aux collections réunissant les objets trouvés dans les épaves sous marines de différentes époques, dont celle immergée à Uluburun en Méditerranée près de Kaş. Lingots de cuivre de Chypre, lingots d'étain pur,  poteries mycéniennes, sceaux et bijoux égyptiens…



Il s’agit d'un navire marchand de l'âge du bronze récent (14 ou 13e siècle av. JC), la plus vieille épave fouillée au monde, dont la réplique est exposée avec une reproduction de sa cargaison.


Une autre réplique d’un navire marchand romain avec dans ses cales des amphores.


Par ailleurs une belle collection d’amphores retrace un véritable historique de ce récipient.


 Quant à l’exploration des vestiges de l’antique cité Myndos (actuel Gümüşlük) et des hypothétiques traces de constructions Lélèges, peuple autochtone ayant occupé la péninsule avant l'arrivée des Ioniens, ce sera pour une autre fois… A notre arrivée, le soleil était déjà bien près de se coucher. Pour en voir de plus concrètes mieux vaut visiter le superbe site de Pedesa, leur capitale, surplombant Bodrum.

Et puis prendre le temps de déguster les mezze, salades et poissons au restaurant Karafaki (signifiant en grec, carafe à raki) n'est pas loin d'être une véritable activité culturelle! 


1 commentaire:

  1. Gisèle Durero-Koseoglu15 avril 2017 à 12:07

    Magnifique article, merci, Patricia

    RépondreSupprimer