vendredi 5 août 2011

Hiérapolis- Pamukkale

Partir à la découverte de lieux peu visités et les faire connaître est la plupart du temps mon objectif, mais une fois n’est pas coutume… Pamukkale, qui signifie en turc la forteresse de coton, est l’un des sites de Turquie le plus photographié et c’est bien compréhensible. A 15 km de Denizli, la nature offre un spectacle éblouissant, site heureusement protégé depuis 1988 et inscrit au patrimoine de l’UNESCO.





Ces splendeurs furent gravement menacées par un tourisme de masse auquel des implantations hôtelières peu respectueuses des beautés naturelles s’efforcèrent de répondre… avec l’inconscience de celui qui scie la branche sur laquelle il est assis. Les hôtels ne sont aujourd’hui plus autorisés à détourner les eaux de sources comme ce fut le cas pendant des années… mais par endroit les traces de ce désastre sont encore visibles.

La grande majorité du site a cependant retrouvé sa blanche couverture. Les sources d’eaux chaudes venant de la montagne continuent de déposer le carbonate de calcium en coulées pétrifiées sur la falaise ou tapissent en terrasse des bassins immaculés, miroirs de l'azur.





Ce lieu exceptionnel fut apprécié des Grecs qui fondèrent, à proximité des sources, Hiérapolis au 2e siècle av. J.C, puis des Romains qui en firent une station thermale luxueuse, fréquentée jusqu'à son total abandon au 14e siècle. Les ruines et la nécropole d’Hiérapolis, essentiellement romaines mais pas exclusivement, en témoignent.








Les tombes de différentes époques et de styles variés indiquent l’origine des curistes qui ne sont jamais repartis dans leurs contrées souvent lointaines. L’eau thermale bien que possédant de nombreuses vertus thérapeutiques ne guérissait pas tous les maux…






La piscine dite "de Cléopâtre" est toujours exploitée. La reine égyptienne s’y serait baignée une fois, et son impérial amant, Marc-Antoine, faisait parait-il venir à Rome cette eau de jouvence par convoi.




Y tremper le pied, ou plus, coûte aujourd’hui environ 12€ mais tout autant que le prix, c’est son aspect peu limpide qui sera dissuasif. Les plus téméraires n'hésitent cependant pas à y barboter. On peut aussi faire le tour gratuitement pour apercevoir les vestiges et les fûts de colonnes immergés qui paraissent bien glissants…












1 commentaire:

  1. Bonsoir Patita

    merveilleux, j'avais vu une fois un reportage à la télé de ces sources.
    Très belles photos, merci

    RépondreSupprimer